Nouvelles règles strictes imposées aux locations d’Airbnb à Paris

Nouvelles règles strictes imposées aux locations d'Airbnb à Paris

Les locations d’Airbnb dans le centre de Paris sont désormais plafonnées à 120 jours par an.

Selon Airbnb, les hôtes du centre de Paris ne peuvent louer leur maison que jusqu’à 120 nuits par an, un nouveau plafond introduit à la suite de la mise en œuvre réussie de mesures similaires à Londres et à Amsterdam.

Emmanuel Marill, directeur France et Belgique de la société, a déclaré mardi 14 novembre que le plafond s’appliquerait aux 1er, 2ème, 3ème et 4ème arrondissements. Les hôtes auront un « ticker » sur leur page d’accueil indiquant combien de nuits il leur reste.

Sylvain Maillard, membre du conseil municipal, a fait l’éloge de cette décision sur Twitter.

D’autres villes ont instauré des plafonds ou exigent des permis pour Airbnb et d’autres plateformes de partage de logements. Quand Ada Colau, la première femme maire de Barcelone, a pris ses fonctions en 2015, elle n’était pas du genre à mâcher ses mots sur le fléau que représente le tourisme pour sa ville bien-aimée. « Nous ne voulons pas que la ville devienne une boutique de souvenirs bon marché », a déclaré M. Colau, citant Venise comme une mise en garde. Depuis lors, elle a gelé les licences de tous les nouveaux hôtels et appartements de vacances et s’est attaquée aux sites de location à court terme, infligeant à AirBnb une amende de 30 000 € (24 000 £).

Entre-temps, en 2016, Berlin a interdit aux touristes de louer des appartements entiers par l’intermédiaire d’Airbnb et de ses concurrents dans le but de protéger le logement abordable.

Avec l’aide d’amendes importantes, les autorités de la ville allemande espéraient protéger l’offre immobilière et maintenir les loyers aussi bas que possible. Après le succès des différents portails de location en ligne, le nombre de biens disponibles pour des locations à long terme a fortement diminué.

Mais à partir du 1er mai, la nouvelle loi a interdit la location à court terme d’appartements entiers à des touristes sans permis de ville. En cas de violation de ces règles, les Berlinois pourraient se voir infliger une amende pouvant aller jusqu’à 100 000 euros (78 371 livres sterling).

La loi a été adoptée en 2014, mais avec une période de transition de deux ans avant son entrée en vigueur, qui a pris fin le 30 avril 2016.

Après la mise en œuvre de la politique, les résidents non urbains n’étaient autorisés à louer des chambres que par l’intermédiaire de portails Internet, et non des appartements et des maisons entiers.

Cependant, ces règles strictes peuvent s’assouplir – un résident berlinois qui a demandé un permis pour louer sa maison entière à l’occasion, et qui s’est vu constamment refuser un permis, a déposé une plainte contre l’État de Berlin. Le tribunal administratif de Berlin a statué en sa faveur le 8 septembre 2017, et il est désormais autorisé à louer sa résidence principale pour une durée maximale de 182 jours par an.

Selon un communiqué de presse des avocats du plaignant, cette décision s’applique désormais plus largement à tous les Berlinois, ce qui signifie qu’ils ont le droit d’obtenir des permis pour exploiter une location à court terme pendant 182 jours par an au maximum.

Léna

Written by 

Bonjour je m'appelle Léna et je suis étudiante en journalisme. J'ai donc créé mon blog pour traiter de sujet d'actualité. Bienvenue sur tictactu.fr. Ici je publierais tout un tas de sujet d'actualité, que ce soit dans la mode, la technologie ou même la santé, ici vous trouverez toutes les dernières nouveautés. J’espère vous faire passer un moment agréable sur mon blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *